Blog - Une journée d'Eurofan

Il est temps que je fasse mon “coming-out” : Je suis (et madame aussi) un Eurofan. Non pas que je sois pro-Europe à ma manière mais je suis fan de l’Eurovision depuis tout petit. Même quand le concours était au fond de la ringardise, parce que dans un océan de médiocrité, il y avait quelques perles. Alors je m’étais promis de faire un billet juste avant un des concours.

C’est grave , docteur?

C’est donc ce soir qu’il y a la finale avec ses fameux “Twelve points” (prononcer touelve poïntsse). Et cette année, les sites de bookmakers donnent la France 2ème à l’heure où j’écris. La France comme les pays fondateurs du concours est qualifiée d’office en finale. Il y a eu quelques années où nous aurions été éliminés sinon. Mais cette année, je l’aime bien cette chanson de Barbara Pravi.

Autant vous dire que d’habitude, je n’ai pas de grille, de carnet etc pour noter les candidats lors de leurs passages (il y a 30 ans peut-être?). Je m’y suis astreint un peu plus pour cet article. Je n’ai découvert les chansons de chaque pays que lors de la demi-finale sinon ça perd de sa saveur d’écouter “l’album” annuel avant. Le risque c’est de passer à coté d’un truc mais j’ai madame pour ça aussi, hé hé ! Le concours est devenu une énorme machine commerciale et je trouve que ces 2 dernières années (en enlevant 2020 qui n’a pas eu lieu), le niveau était plus moyen mais homogène. On s’oriente souvent vers une pop à vocation internationale ou régionale et trop souvent en anglais même si des titres non anglais ont gagné. Je ne mettrai pas les liens vers tous les candidats, il y a Wikipedia et Youtube pour trouver cela.

image

Mais pourquoi ?

Qu’est-ce qui me plaît dans tout ça ? Je ne sais pas si je suis comme Jean-Paul Gautier ou Florence Porcel, autres eurofans assumés. Déjà que je suis fan de comédies musicales classiques, ça n’arrange pas mon cas. Ce n’est pas forcément le concours mais de découvrir les goûts musicaux les plus originaux du continent, parfois complètement barrés, d’autre fois très classiques, avec souvent de belles chansons derrière des artifices visuels. Aujourd’hui on arrive à plus de variété de styles que n’importe quel télé-crochet. Et en même temps il y a un plaisir à découvrir ces numéros visuels qui sont le petit plus. Bon, il y a eu le WigWam de Age Sten Nilsen il y a quelques années, précédent Lordi d’une année pour du Hard-rock. Il y a le hongrois Joci Papai et son univers Tsigane. Il y a eu Sergey Lazarev et son visuel incroyable avec un titre d’une efficacité redoutable. Il y a eu Conchita Wurst et sa chanson sublime mais on a oublié aussi des gens comme Margaret Berger, Dihaj, Knez, Yianna Terzi, Aminata Savadogo… Enfin oubliés? Pas de beaucoup d’eurofans comme moi qui gardent précieusement ces prestations en mémoire et en écoute. Tiens, il y avait l’incroyable visuel de l’Australienne Kate Miller-Heidke et son Zero Gravity en 2019. Pourquoi l’Australie dans l’Eurovision ? Ça serait long à expliquer.

Kate Miller-Heidke - Zero Gravity video

Bien plus loin, j’ai le souvenir de regarder cela avec parents et/ou grands parents, même en noir et blanc. En 1977 j’étais trop jeune pour l’Oiseau et l’enfant mais j’ai croisé la chanteuse quelques années plus tard dans… un supermarché de Franconville. Sinon, je me souviens de la première place ex-aequo d’Amina, du White and Black Blues de Gainsbourg pour Joëlle Ursull. Je me souviens de bien des chansons, des débuts de Céline Dion au très juvénile “J’aime j’aime la vie” de Sandra Kim qui chanta aussi un générique bien connu des ados des années 80. Les votes ont évolué. En bien car moins politique avec le public, même si Lazarev a perdu le vote des jurys à cause de la crise en Crimée lors de sa première participation. En moins bien car ça affadit un peu les choses. La machine est devenue plus pro, un peu trop même parfois au point de tomber à nouveau dans des caricatures ou des titres trop consensuels. En 2019, le gagnant a juste profité d’une dispersion des votes des concurrents pour passer devant des titres meilleurs. A théoriser, mais on ne sait jamais ce que préparent les autres avant d’y aller.

Sergey Lazarev - You are the only one video

Et puis on pourrait parler des prestations “invitées” ou des numéros faits spécialement pour le concours par le pays hôte. L’un des moments culte devenu presque un hymne, ce fut lors du dernier séjour en Suède (ci-dessous), … le pays d’ABBA découvert aussi dans le concours. On a eu aussi du Apocalyptica lors du séjour en Finlande après la victoire de Lordi. Cette année, c’est décevant pour les demi-finales. Je connais peu de musiciens hollandais…une chanteuse de metal sympho ça compte, …et un fan de Proust ? Espérons du mieux pour la finale.

Love, Love, Peace, Peace video

et en 2021 ?

Alors voilà ma petite liste d’appréciation après avoir vu les deux demi-finales :

  • Lituanie - The Roop “Discoteque” : Un titre électro un peu barré et très visuel rappelant un peu Devo -> 7/10
  • Slovénie - Ana Soklič “Amen” : Un bon titre à voix (et quelle chanteuse!) mais mal mis en scène -> 6/10 et non qualifiée
  • Russie - Manizha “Russian Woman” : Un Hip-hop à tonalités slaves et Tadjik intéressant et à la sensiilité féministe. Bon visuel de départ -> 5,5/10
  • Suède - Tusse “Voices” : De la pop efficace comme les suédois en ont coutume mais sans relief - 5,5/10
  • Australie - Montaigne “Technicolour” : Pop assez banale encore mais mal chanté en direct > 4/10 et non qualifiée
  • Macédoine du nord - Vasil “Here I stand” : Un titre un voix mièvre limite Disney -> 4/10 et non qualifié
  • Irlande - Lesley Roy “Maps” : Une pop efficace mais beaucoup de faussetés en direct -> 4,5/10 et non qualifiée
  • Chypre - Elena Tsagrinou “El diablo” : Un titre qui pompe un hit de Lady Gaga et dans un emballage plus que sexy -> 6/10
  • Norvège - Tix “Fallen Angel” : Un titre pop très 80s banal avec une mise en scène délirante -> 5/10
  • Belgique - Hooverphonic “The Wrong Place” : Le retour d’un groupe des années 90-2000 qui a mis du pop-rock dans sa trip-hop. Très moyen car sans vrai refrain et sans ambiance trip-hop-> 5/10
  • Israel - Eden Alene “Set Me Free” : Une pop RnB avec une pointe de sonorité éthiopienne mais plutôt mal interprétée en live -> 4/10
  • Roumanie - Roxen “Amnesia” : Une pop sombre mais une catastrophe vocale en direct -> 4/10 et non qualifiée
  • Azerbaijan - Efendi “Mata Hari” : De la pop orientale sexy et une grosse impression de déja-entendu dans de précédentes éditions. Efficace à défaut d’originalité -> 5,5/10
  • Ukraine - Go_A “Shum” : Une sorte de Trance Electro-world complétement barrée mais très efficace dans un tel concours -> 6/10
  • Malte - Destiny “Je me casse” : L’impression d’avoir le même concept qu’Israel en 2019 avec un gimmick de refrain en décalé par rapport au titre Soul. Pétard mouillé -> 5/10
  • Italie - Maneskin “Zitti e Buoni” : Un titre rock pour un groupe qui était plutôt entre pop et RnB et ça sent beaucoup le ripolinage LGBT friendly. C’est hyper bien “marketé” -> 6/10
  • Allemagne - Zendrik “I Don”t feel hate” : Le comique sympa de l’année mais dans une chanson plutôt mal interprétée au global -> 4/10
  • Pays-bas - Jeangu Macroy “Birth of a New age” : Pop un peu world plutôt banale mais ils ne veulent pas gagner deux fois de suite -> 4/10
  • San Marin - Senhit feat. Flo Rida “Adrenalina” : Une Pop RnB avec un break rappé assez efficace -> 5,5/10
  • Estonie - Uku Suviste “The Lucky One” : Pop au sonorité actuelle mais banale -> 5/10
  • République Tchèque - Benny Cristo “Omaga” : De la pop RnB ringarde et mal chantée -> 3/10 et non qualifiée
  • Grèce - Stefania “Last Dance” : Une pop banale avec un refrain plus dance et un visuel qui sauve le tout -> 5/10
  • Autriche - Vincent Bueno “Amen” : Chanson à émotion qui en manque totalement avec un mixage à la truelle -> 3/10 et non qualifiée
  • Pologne - Rafał “The Ride” : Une pop Eurodance rétro et sans saveur -> 4,5/10
  • Moldavie - Natalia Gordienko “Sugar” : Du sous-Britney Spears à la voix approximative et hypersexualisée -> 4,5/10
  • Islande - Daði og Gagnamagnið “10 Years” : Très visuel, Funky et un peu Chip-Tune. La voix est décalée mais c’est voulu -> 6/10
  • Serbie - Hurricane “Loco Loco” : Du Shakira-like avec un trio de “Pussycat dolls” botoxées. C’est efficace -> 5/10
  • Géorgie - Tornike Kipiani “You” : Chanson lente et classique mais la voix n’est pas au niveau -> 4/10 et non qualifiée
  • Albanie - Anxhela Peristeri “Karma” : Pop orientale plate et avec des faussetés. La robe a du sauver le tout chez les votants chargés en testostérone -> 4/10
  • Portugal - The Black Mamba “Love Is on My Side” : Une voix originale sur de la soul jazzy mais le refrain est banal. Dommage -> 5,5/10
  • Bulgarie - Victoria “Growing Up Is Getting Old” : Pop à émotion pour jeune fille mais avec une voix trop aspirée et caricaturale -> 4,5/10
  • Finlande - Blind Channel “Dark Side” : Du Hard-Rock fusion très US et bien rentre dedans sans être original -> 6,5/10
  • Lettonie - Samanta Tīna “The Moon Is Rising” : Entre pop et Hip-hop, un coté Beyonce du pauvre avec des faussetés -> 5/10
  • Suisse - Gjon’s Tears “Tout l’Univers” : Un titre pop electro plutôt bien fait et en français. Poétique et aérien -> 7/10
  • Danemark - Fyr & Flamme “Øve os på hinanden” : Le retour de Modern Talking ? Du second degré pour une synthpop très début 80s -> 6/10 mais non qualifiée.
  • France - Barbara Pravi “Voilà” : Un bon titre de chanson française à émotion avec une belle interprète qui fait la différence. -> 7,5/10 et sans chauvinisme.
  • Espagne - Blas Quanto “Voy e quedame” : Une pop banale en espagnol -> 5/10
  • Grande-Bretagne - James Newman “Embers” : Pop un peu funky mais approximative -> 4/10

Bref, il n’y a pas eu de chansons qui sortaient vraiment du lot cette année pour moi. La deuxième demi-finale a même été très faible. Les chansons mal interprétées passent souvent à la trappe, ce qui est plutôt rassurant. On remarque beaucoup de sonorités synthpop dans les titres, même si ça n’en est pas toujours. L’utilisation aussi de “neon” flashy très 80s dans les décors de plusieurs candidat(e)s et évidemment la sempiternelle robe ultracourte à paillettes chez ces dames pour contenter les plus lubriques. Il y a eu, en même temps, beaucoup de discours revendicatifs des candidates féminines, mais parfois un peu trop pour la posture plus qu’un vrai ressenti. Je pense que cela va être serré et que ça se jouera par un vote politique, sachant que les jurys comptent pour 50% de la note finale par rapport au public et que l’on ne peut pas voter pour son pays. A vous aussi de juger… ou de zapper et de me laisser dans mon délire ! Deux regrets après les demi-finales : Les éliminations de la Slovénie et du Danemark. Un petit clin d’oeil finlandais au film, tout en second degré…Il y en a eu d’autres.

Pour ma part cela donnerait :

  • 12 points à la France
  • 10 points à la Suisse
  • 8 points à la Finlande
  • 7 points à l’Islande
  • 6 points à l’Italie
  • 5 points à l’Ukraine
  • 4 points à Chypre
  • 3 points à la Suède
  • 2 points à l’Azerbaijan
  • 1 point au Portugal ou à la Russie

Ça nous donne tout de même 2 titres “rock”, deux chansons en français, deux titres électro, deux titres second-degré dont un qui lorgne plus vers les discothèques avec un petit supplément amphet…un titre plus soul jazz, deux titres pop à connotations orientale, ce qui n’est déjà pas si mal pour la diversité musicale dans cet environnement globalement pop. Je suis convaincu de retrouver d’autres pays dans le haut du classement mais ce n’est pas mon goût. Je ne suis pas très loin du classement des Bookmakers. Un peu de déception sur les mises en scènes en dehors de quelques titres voulus amusants. On n’a pas d’effet Waouh ! J’ai misé sur l’émotion poétique plutôt que la rage, on verra. Je pense que je ne garderai pas plus de 3 titres cette année, dans ma playlist “Eurovision”, déjà bien fournie.

image

Yes, je suis pas mauvais sur cette année !

Donc ce soir, ça sera une bonne soirée télévision avec notre petit repas qui va bien pour tenir la distance et faire la fête. En attendant, j’ai lu les commentaires sous les vidéos youtube des prestations et c’est rassurant sur l’état du monde. On peut ressentir de l’émotion sans comprendre les paroles. On peut partager des goûts musicaux à l’autre bout de la planète sans tomber dans trop de mièvrerie. J’ai un œil aussi sur les cotes, histoire de me rassurer ou de m’inquiéter. Faire la fête ? Là aussi, Covid-19 nous a enlevé un an mais a permis d’éliminer le désastreux candidat français de 2020 (Tom Leeb, aussi mauvais acteur que chanteur) mais aussi d’éliminer la talentueuse candidate polonaise. Qu’importe le gagnant finalement car des chansons ont parfois besoin de temps pour éclore. Comme le “Mercy” de Madame Monsieur qui trouve un peu plus d’écho maintenant.

Madame Monsieur - Mercy video

PS : Si vous êtes fan mono-maniaque, il existe la ESC Radio qui diffuse en continue des titres de l’histoire de l’Eurovision. De quoi se remémorer des moments.

Commentaires

Iceman

And the Winner is…

  1. Italie
  2. France
  3. Suisse
  4. Islande
  5. Ukraine
  6. Finlande
  7. Malte
  8. Lituanie
  9. Russie
  10. Grece

Soit le top 6 dans le désordre, 8 pays sur 10 dans mon top 10, tout de même et une grosse déception pour une Italie qui a vraiment relooké tout son truc au point que ça sente le fake. Je fais le pari que dans un an, ils auront repris leur look habituel. Barbara Pravi raffle des prix parallèles et reste la gagnante de coeur de cette édition.


Ecrit le : 22/05/2021
Categorie : musique, geek
Tags : eurovision,ESC,musique,chanson

Commentaires : par Mastodon ou E-Mail.